Article sur les psychotraumatismes

L'impact des psychotraumatismes sur le cerveau


Article écrit par Enora Teyssendier,
Educatrice Spécialisée, Psycho-Sexologue


La moitié des personnes que j’accompagne ont vécu un ou plusieurs évènements traumatisants dans leur vie. Le fonctionnement du trauma sur le cerveau n’est pas assez connu. Pourtant, il me semble important de savoir comment cela fonctionne, que ce soit pour la personne qui en a vécu(s) ou pour l’entourage de celle-ci. On entend régulièrement, « c’est bon, c’était il y a longtemps, il faut qu’elle passe à autre chose », « regarde, untel a vécu pire qu’elle et il va bien », etc. La personne qui a été victime se sent donc encore plus incomprise, puisqu’elle-même ne comprend pas pourquoi est-ce qu’elle vit encore autant dans l’emprise de ce trauma. Je vais donc tacher d’expliquer le plus simplement possible le fonctionnement dans le cerveau et les répercutions.

violence conjugale maltraitance harcèlement physique abus insultes rabaisser pouvoir

Réaction du corps à l’évènement traumatique

Voici ce qu’il se passe dans le cerveau lors d’un événement traumatique (M.Salmona 2013[1], N.Duriez 2016[2]). Cet événement n’étant pas acceptable pour le corps, il va y avoir une décharge très importante d’adrénaline et de cortisol. Seulement, ces hormones étant sécrétées en trop grande quantité, le corps pourrait en mourir, afin d’éviter cela, l'amygdale et l'hippocampe du cerveau vont disjoncter (c’est à ce moment-là, que la personne peut être sidérée). Il faut savoir qu’habituellement l’hippocampe classe les informations dans l’ordinateur (qu’est le cerveau), ce qui devient une mémoire autobiographique. A cause de la disjonction, il n’a pas pu ranger les informations. Il va donc rester un message d’alerte dans un coin de l’ordinateur. Au moindre bruit, image, évènement, etc. qui rappelle l’évènement traumatique, ce message va être encore plus présent en amenant des signes d’angoisse, de sidération, etc. La personne peut avoir conscience que c’est en lien avec ce qu’elle a vécu, mais ce n’est pas toujours le cas.

Sont répertoriés deux types de traumatismes

  1. Les traumatismes dits « simple » (de type I)

Ces traumatismes surviennent suite à un évènement traumatique unique. Les troubles causés sur le corps sont appelés : état de stress post-traumatique (ESPT en français). C’est un trouble anxieux qui apparait suite à l’événement. Il se présente sous forme d'un état de peur intense, une agitation ou une sidération, et il peut aller jusqu'à un état de dissociation (on ne se sent plus tout à fait soi-même ou comme si nous étions à « côté de nos pompes »).

L'état de stress post-traumatique (d'après JM Sigward[3]) se caractérise par :

►  Des troubles anxieux invalidants survenant :
-   De façon immédiate ou différée, après exposition à un événement violent, inattendu et perçu comme une menace vitale,
-   Une peur intense de mourir, sentiments d’horreurs, d'impuissance.

►  L’effraction submerge les capacités d'intégration psychique et affective et induit :
-   Des troubles dissociatifs : torpeur, détachement, dépersonnalisation…,
-   Des symptômes intrusifs : événement constamment revécu,
-   Un évitement des stimulis qui éveillent la mémoire du traumatisme (comme par exemple, ne plus conduire lorsque nous avons eu un accident de voiture),
-   De l’anxiété, des troubles de la concentration, de l’irritabilité, une hypervigilance.

►  La permanence des troubles compromet l'intégration sociale, la relation au monde peut être ressentie comme insécurisante et les rapports aux autres peuvent être marqués par la dépendance.

►  La permanence des troubles favorise des maladies ou d’autres troubles émotionnels (mal au ventre, au dos, problème d’érection, de libido, maladies génitales…), des idées suicidaires, de l'impulsivité, des conduites à risques, etc.

larmes pleurer émotion tristesse violence peur
  1. Les traumatismes dits « Complexes » (de type II)

Les traumatismes de type II ou « complexes » peuvent aussi déclencher des ESPT. Ceux-ci évoluent sur des longues durées, parfois depuis l’enfance. Ce peut être le cas pour des personnes ayant subi de la maltraitance dans l’enfance, de l’inceste, des humiliations, etc. ou à l’âge adulte : de la violence conjugale, des violences répétées, etc.

Cela porte profondément atteinte à l'estime de soi ainsi qu’à la mémoire, la relation au corps et à l'autre. La manière dont pense, les pensées que l’on se dit à soi-même sont aussi altérés.

Nous retrouvons les même troubles et symptômes que pour les traumatismes de type I.

Il est à noter que plus l’enfant est petit, plus ce système de sidération est important.

psychologique violence conjugale maltraitance harcèlement physique abus pouvoir viol pervers narcissique

Mécanismes de défense face au psychotrauma

L’amygdale du cerveau diffuse toujours le message d’alerte informant qu’il y a eu un événement non traité. Ce sont des messages « fantômes » ou des flash-back. Cela va donc amener de vives émotions, des angoisses, une impression de revivre le trauma... Afin d’échapper à cela, la personne va mettre en place des stratégies de survie et d’auto-traitement. Une partie de ces « stratégies » permettent de se dissocier afin de ne plus ressentir le mal-être (même cela ne dure qu’un temps). Elles sont différentes en fonction de chacun, voilà ce que l’on peut retrouver :

Chez l’enfant :
-   Retards dans le développement psychomoteur,
-   Régression,
-   Répétition (comme des desseins répétitifs ou dans les jeux),
-   Des troubles de comportement,
-   Des conduites d’évitement comme à l’école
-   …

A l’adolescence et à l’âge adulte :
-  Trouble du comportement
-  Tentatives de suicide, automutilation, auto agressivité
-  Sexualité précoce, prise de risque, addiction à des comportements sexuels [Article sur ce sujet en cliquant sur le lien]
-  Conduite délinquantes
-   Abus d’alcool et/ou de toxiques
-   Symptômes phobiques (évitement des activités, des pensées et des sentiments liés au trauma)
-  Irritabilité, colère, impulsivité
-   ...

Il est à noter qu’une partie de ces comportements peuvent avoir lieu à l’adolescence sans qu’il n’y ait eu de psychotraumatismes.

trauma psychotraumatisme violence éffondrement pensées qui tournent

La prise en charge thérapeutique

Les recommandations actuelles dans la prise en charge de l’état de Stress Post-Traumatique (Ph G. Lopez, Dr M. Voyer, I. Bignot, M. Blique, J. Fisher…) sont les suivantes :
-   TCC (thérapie cognitive te comportementale)
-   EMDR, HTSMA (traitement par les mouvements oculaires)
-   Thérapies psychodynamiques
-   Hypnose
-   Réhabilitation psychosociale
-   EFT (Technique de libération des émotions)

En effet, Fisher[4] explique que ces thérapies permettent de « métabolisés » c’est-à-dire que l’amygdale et l’hippocampe vont pouvoir classer les informations et enlever l’émotion qui y était associé. L’évènement devient une mémoire autobiographique lorsque l’on y repense, le ressenti est neutre (sans émotion).  En effet, il ne suffit pas verbaliser les souvenirs puisqu’il précise « se souvenir n'est pas se rétablir ».

En fonction de l’humeur de la personne accompagnée (de son accessibilité), il est possible d’alterner des séances de « traitement » des différents événements traumatiques et des séances où le travail est orienté sur d’autres points de l’accompagnement.

Une chose est certaines, nous ne sommes pas obligé à supporter toute notre vie notre passé traumatique ! La vie peut être bien plus légère...

vie difficile comment aller mieux sortir du goufre plume amour

[1] Salmona M. 2013. Le livre noir des violences sexuelles. Paris : Dunod
[2] Duriez N. (2016). Addiction sexuelle, conduites dissociantes et rétablissement. Psychotrope vol.22, n°3-4, p47-6
[3] Sigward JM. 2006 Conduites addictives et évenements traumatiques, in Jehel L. Lopez G. et al., Psychotraumatologie : évalution, clinique, traitement, Paris, Dunod, 2006. In Morel A., Couteron JP, Fouilland P. (sous la dir.) 2010. L’aide-mémoire d’addictologie. Paris : Dunod, p208
[4] Fisher J. 2011 Outils psychopédagogiques pour le travail avec les psychotraumatismes. Trad. Rydberg, JA., www.janinafisher.com In Bacherot E (2013) Au commencement était le trauma…L’addiction sexuelle. Sexualité humaine, n°18, p32-40, p39
 

Enora Teyssendier propose des consultations anonymes et gratuites pour des adolescents en pédopsychiatrie à St Jean d'Angely (au CASPA) et pour toute tranche d'âge en libéral à Rochefort en Charente Maritime.

.

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *